Turbulences Prod
Albert Londres écrivait « Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie »

Notre ligne éditoriale est volontairement orientée vers des sujets qui nous « fâchent ». Nous, nous avons décidé de créer quelques turbulences, en posant notre caméra, là où les autres ne le font pas. Notre film sur Aribert Heim, dernier criminel nazi encore en fuite, est en ce sens exemplaire. Pendant notre enquête pour Spécial Investigation nous avons constaté l’impuissance de la justice à traquer les anciens nazis. Des criminels qui ont vécu en toute impunité pendant des années avec la complicité de certains États, comme l’Argentine ou le Chili.

Autre motif de révolte : des sujets cruciaux, scandaleux, chassés par d’autres dans l’immédiateté de l’information et sur lesquels nous voulons revenir. «Les enfants de la misère», nous plongent dans l’horreur quotidienne des enfants du Bangladesh qui survivent en travaillant pour un ou deux euros par jour.
Même sentiment de dégoût lors de notre enquête pour l’émission 66 minutes sur la prostitution de jeunes filles mineures en Roumanie. Vendues comme de simples marchandises pour finir sur les trottoirs des capitales européennes. Là encore, l’être humain est réduit à moins que rien toujours pour de l’argent.

Lors de notre film sur l’Éducation nationale «Quand les profs craquent», nous avons fait un constat accablant sur un sujet tabou en France : la violence à l’école. Nous avons éprouvé les pires difficultés à réaliser ce documentaire. Les portes nous ont été systématiquement fermées. L’éducation nationale avait-elle quelque chose à cacher ? Comment une société comme la nôtre peut-elle accepter aussi peu de transparence ? Nous avons rencontré des profs désemparés, incapables de remplir leur mission, pourtant si importante pour l’avenir.

Nous voulons aussi montrer que certains agissent et aspirent au changement. Dans le film «À la poursuite du Guarana», nous avons fait le portrait d’une femme exceptionnelle qui pratique le commerce équitable. Elle gagne bien sa vie sans exploiter son prochain. Les premiers à en profiter : Les Indiens d’une petite tribu au fin fond de l’Amazonie, ils ont enfin retrouvé la dignité.

La richesse des différentes cultures nous intéresse aussi. Pour l’émission Faut pas rêver, nous avons réalisé deux reportages originaux au Bénin. Le premier sur le conflit entre deux rois qui se disputent un trône, une anecdote croustillante, résultat de notre colonisation qui a mis la pagaille en Afrique, c’est un euphémisme. Dans le second «Esprit es-tu là ?», nous montrons le succès d’une religion pourtant dénigrée ailleurs : le Vaudou. Les Béninois considèrent le Vaudou comme une religion à part entière, des traditions étouffées jadis qui refont surface aujourd’hui.